Le printemps dans les Montagnes du Jura

Un petit tour dans les tourbières

Publié le 11 avril 2018 par Emilie

tourbieres-frasne
Inutile d’attraper discrètement un dico ou de vous replonger dans vos cours de bio de Terminale S pour être incollable sur les tourbières. Le mieux c’est encore de s’en approcher en vrai et d’ouvrir grands les yeux : la faune et la flore de ces zones humides sont tout simplement exceptionnelles !

Un trésor caché

Direction Lamoura. Au premier coup d’œil, ce n’est pas forcément évident mais les rives de ce lac d’altitude (le plus perché des Montagnes du Jura), sont justement composées d’une multitude de tourbières. Cet écosystème fragile et singulier fait le bonheur des amoureux de la nature : des espèces végétales rares et des espèces animales, parfois en voie de disparation, y coulent des jours heureux. Pour reconnaître les plantes, au premier coup d’œil, une fleur de reines des prés, un drosera – une petite plante carnivore – ou encore des callunes – ces plantes vivaces qui s’apparentent à de la bruyère, suivez le « Sentier du Lac ». Quelques antisèches se sont glissées le long du platelage et vous permettront d’en savoir un peu plus sur les trésors des tourbières. Et si vraiment vous voulez creuser et devenir incollable sur le sujet, le film « Tourbières, trésors cachés de la montagne jurassienne » est projeté tous les jours à la Maison du Parc de Lajoux (à seulement 3 km)

Les tourbières secrètes de Mouthe

On connaît surtout Mouthe pour ses records de températures, parfois glaciales, au cœur de l’hiver et pour la proximité de la source du Doubs. Et finalement assez peu pour la tourbière du Moutat, installé à deux pas sur un ancien site glacier : isolée, sauvage et énigmatique, elle livre ses secrets aux randonneurs qui s’aventurent sur le splendide sentier d’interprétation récemment restauré. Et pour finir cette immersion en beauté : direction le belvédère, perché au dessus de la source du Doubs, pour observer les tourbières d’en haut !

Mystérieuses tourbières

Pour découvrir les magnifiques paysages des tourbières, on vous conseille également d’emprunter le petit circuit thématique de 4,5 km aménagé au cœur La Réserve Naturelle Régionale des Tourbières de Frasne et Bouverans. Vous aurez peut-être la chance de croiser la route d’une grenouille rouquine, d’apercevoir un pipit farlouse (c’est le nom d’un charmant petit oiseau), de faire connaissance avec une musaraigne ou de papoter avec un lynx (on vous l’accorde, ça c’est vraiment rare). Le parcours est ponctué d’explications sur la flore, l’histoire de l’exploitation de la tourbe, son origine postglaciaire et son rôle écologique

Un voyage dans le temps… les pieds dans l’eau

Les tourbières sont de véritables musées vivants. Elles fascinent également les scientifiques : comme elles sont très acides, elles empêchent la décomposition des végétaux et favorisent l’apparition de fossiles ! En fouinant par exemple dans les zones humides de Nanchez, les chercheurs peuvent retracer le paysage botanique et étudier le climat des 15.000 dernières années… C’est fou !

 

Close

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l’utilisation des cookies pour disposer d’offres adaptées à vos centres d’intérêt. Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici.